Comment savoir si j’ai de vraies contractions ou un faux travail ?

Photo :

Vos sacs de maternité sont emballés (voici tout ce dont vous avez besoin, y compris des sous-vêtements noirs), la chambre de votre bébé est préparée et vous vous sentez aussi prête que vous ne le serez jamais à avoir un bébé. Mais pendant que vous êtes occupée à préparer votre esprit à la parentalité, votre corps s’entraîne pour le travail et l’accouchement.

Dans les semaines et les jours précédant le travail, vous pouvez commencer à ressentir des contractions de Braxton Hicks – un resserrement de votre utérus qui peut commencer dès la 24e semaine – et vous demander si vous êtes en travail. Ces contractions peuvent devenir plus fréquentes et plus intenses à mesure que la date de l’accouchement se rapproche et ressemblent à de véritables contractions. Elles peuvent être assez fortes et régulières et durer jusqu’à cinq heures, explique Laurie-Ann Hintzen, sage-femme diplômée de Diversity Midwives à Toronto. Vous vous demandez donc probablement comment savoir s’il s’agit d’un faux travail ou d’un vrai ?

Tout simplement, le vrai travail est progressif, ce qui signifie qu’une fois qu’il commence, il ne disparaît pas ou ne diminue pas en intensité. Si vous commencez à ressentir des contractions, attendez. « Vous ne pouvez pas juger si c’est le travail ou non dès que vous avez une contraction », dit Hintzen. Prenez un bain ou mettez des compresses chaudes autour de votre ventre pour soulager la douleur et veillez à vous reposer. Que ce soit réel ou non, c’est le moment de conserver votre énergie.

Publicité

Si les contractions disparaissent, vous saurez qu’il ne s’agit que d’un essai. Mais si elles deviennent plus régulières et plus intenses, vous pourriez très bien être en train d’accoucher. « Si vous ne pouvez pas respirer pendant une contraction, il y a de fortes chances que vous soyez en train d’accoucher », explique Mme Hintzen.

Quoi qu’il en soit de vos contractions, appelez votre sage-femme ou votre médecin si vous avez des pertes sanguines abondantes, si vous perdez les eaux (le liquide amniotique n’a pas d’odeur, alors que l’urine peut sentir l’ammoniac), si vous ressentez une forte pression dans les intestins ou si vous sentez le bébé descendre. Si vous ressentez l’un de ces signes, vous êtes en travail!

Ce que vous devez savoir sur les déchirures pendant l’accouchement
6 façons de faciliter votre travail et votre accouchement (oui, c’est possible)
Guide de la prise en charge de la douleur pendant le travail

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.